Virbac Pro
Infos santé | Reproduction
Temps de lecture : 1 minute

La reproduction chez le chien

Dr Marion Strina
DMV, Responsable Technique Animaux de Compagnie - Gammes Reproduction, Diagnostic, Médecine Interne et Oncologie

Castrations, ovariectomies : actes courants du vétérinaire

La castration et l’ovariectomie sont parmi les chirurgies les plus couramment réalisées par les vétérinaires canins généralistes. C’est un acte quotidien, souvent sans difficulté pour le vétérinaire mais non sans inquiétude pour les propriétaires. De nos jours, des alternatives médicales et réversibles existent et peuvent constituer, dans certains cas, une alternative à la chirurgie.

Pourquoi stériliser un chien ?

Avant d’envisager une stérilisation, il est primordial de définir les motivations amenant à cette décision en tenant compte des indications et des limites de la castration.

 

Stérilisation du chien mâle

Celle-ci peut être indiquée chez le chien mâle pour le traitement d’une maladie prostatique (hors cancer) et testiculaires, pour le traitement d’une tumeur hormono-dépendantes, ou bien pour des raisons comportementales (pouvant être également hormono-dépendantes, telles qu’une libido excessive, un marquage urinaire, de l'agressivité envers les autres chiens ou envers les humains ou encore des fugues répétées du chien). Cette dernière raison représente, dans plus d’un tiers des cas, la principale raison de la part des propriétaires de souhaiter une castration pour leur animal.1

En France, on estime à environ 32%2 la part de chiens mâles castrés. Cependant, cette méthode a aussi ses limites. Chaque praticien sait que la castration ne modifie pas toujours le comportement du chien dans le sens souhaité et plusieurs publications indiquent qu'elle pourrait parfois avoir des effets délétères sur la santé du chien, surtout dans certaines races3,4. Pour éviter une déception de la part du propriétaire, il est donc recommandé de prendre le temps de discuter de ses motivations et des conséquences potentielles de l’opération.

 

Stérilisation de la chienne

Du côté de la chienne, la stérilisation est plus courante, avec presque 52%2 des chiennes stérilisées en France.

Les motivations peuvent être d’origine médicale, avec pour objectif de réduire les risques d’apparition de tumeurs mammaires ou encore ovariennes, ou bien de prévenir l’apparition d’infections utérines, problèmes fréquents chez les femelles, qui peuvent être liés aux hormones sexuelles. Les motivations peuvent aussi être d’ordre responsable, avec pour objectif d’éviter une reproduction non désirée de la chienne, pouvant être risquée pour celle-ci ou encore d’ordre comportemental avec la période de chaleur (fugues, perte de sang, changement du comportement de la chienne…).

Dans tous les cas, la gestion de la reproduction canine est une étape importante dans la vie de l’animal, et doit être discutée en amont avec le propriétaire afin de déterminer la solution la plus adaptée.

 

Les problèmes comportementaux du chien entier

Les comportements des mâles non castrés peuvent être gênants pour un propriétaire. En effet, la fugue, le marquage urinaire ou encore l’agressivité vis-à-vis des autres mâles peuvent constituer des motifs de consultation, voire, dans les cas les plus critiques, des motifs d’abandon. Dans 60% des cas, ces problèmes comportementaux sont dus aux hormones sexuelles. Ainsi, la stérilisation, qu’elle soit chirurgicale ou médicale, permanente ou transitoire, peut représenter une solution pour les propriétaires.

La stérilisation chirurgicale ou gonadectomie permet de supprimer définitivement la sécrétion de testostérone et peut permettre ainsi, dans certains cas, de gérer ces comportements inadaptés. Mais il existe également une alternative médicale : les agonistes de la GnRH inhibent l’axe gonado-hypophysaire de façon temporaire et induisent ainsi une diminution temporaire de la testostéronémie. Le traitement peut ainsi être renouvelé pour maintenir la prévention des comportements indésirables.
 

A lire sur ce thème

2021 : Retour sur une année autour de la reproduction du chien mâle

Ce contenu est destiné aux ayants droit du médicament vétérinaire.

Castration chirurgicale du chien mâle : peser le pour et le contre

L’exérèse des testicules a longtemps été considérée comme globalement bénéfique à la santé du chien, sous réserve du maintien du poids optimal. Des données d’épidémiosurveillance récentes montrent que ce n’est pas systématiquement le cas : pour chaque individu, les risques associés à cette intervention en matière de santé physique et comportementale de l’animal méritent d’être mis en balance avec les effets positifs attendus.

Chiens mâles : la castration chirurgicale est-elle toujours la meilleure solution ?

La proportion de chiens mâles castrés serait d’environ 30 % en France¹. Dans plus d’un tiers des cas, la demande émane du propriétaire qui souhaite éliminer certains comportements indésirables chez son chien (fugues, poursuite des chiennes, agressivité envers des congénères…) tandis que les vétérinaires sont à l’origine de cette recommandation pour 20 % des chiens mâles². Éviter que le chien ne se reproduise ne préoccupe que 13 % des propriétaires².

Dosage des biomarqueurs : "Je détecte la période de fertilité de la chienne"

Pour tout savoir sur le dosage des biomarqueurs et la détection d'une période de fertilité chez la chienne, visionnez le replay de notre webconférence.

Dosage des biomarqueurs : “Je détecte une Hyperplasie Bénigne de la Prostate”

Pour tout savoir sur le dosage des biomarqueurs et la détection d'une Hyperplasie Benigne de la Prostate, visionnez le replay de notre webconférence.

La reproduction, ce n'est pas si mâle

Découvrez les avantages et les inconvénients de la stérilisation chez la chienne en visionnant le replay de notre WebConférence

Marquage urinaire & Co : je teste avant de couper

Pour tout savoir sur le marquage urinaire, visionnez le replay de notre webconférence.

Stérilisation médicale : une approche non invasive et efficace

La stérilisation médicale du chien mâle n’est pas une approche futuriste mais doit être considérée comme faisant pleinement partie du quotidien des vétérinaires praticiens. En Europe du Nord ou en Allemagne, de très nombreux chiens sont désormais implantés au lieu d’être castrés chirurgicalement, et cette pratique est vécue par les propriétaires comme un progrès indéniable. En France, le recours à cette pratique ne cesse de progresser. En effet, les implants sous-cutanés de desloréline sont apparus sur le marché européen il y a plus de treize ans et complètent désormais l’arsenal thérapeutique des vétérinaires en leur offrant une alternative non invasive et efficace.

Ressources à télécharger

Mise en garde, ce contenu est destiné aux ayants droit du médicament vétérinaire. Se connecter pour accéder au contenu.

Références

1. “Suprelorin dog owners” : étude Virbac réalisée sur 610 propriétaires de chiens en France (mars 2016).
2. Enquête Kantar-Facco réalisée entre septembre et novembre 2018.
3. HART B., et al., « Long-term health effects of neutering dogs: comparison of Labrador retrievers with golden retrievers”, PLoS One, 2014, 9: e102241.  
4. GOH C., et al., « Age of neutering in large-& giant-breed dogs », Clinician’sBrief, 2016, 14: 18-23.